Cuisson Raku

Le Raku est une technique de poterie japonaise élaborée au 16 ème siècle et utilisée pour créer les objets de la cérémonie du thé. Le mot “Raku” signifie “plaisir, joie, bonheur”. Cette technique étroitement liée à la philosophie Zen met en valeur la simplicité et l’inattendu.
Le Raku a évolué au fil du temps ( cuisson du biscuit, émaillage ) mais reste une cuisson pleine de surprises…
Après une cuisson rapide jusque 1000°, les pièces sont défournées à chaud et posées dans des récipients contenant un combustible ( copeaux de bois, journaux, paille,…) qui s’enflamme au contact de la chaleur des pots. Le choc thermique provoqué au défournement crée un réseau de craquelures sur l’émail qui se révélera lors de l’enfumage dans les récipients. Les parties non émaillées seront noircies par la fumée.Après un refroidissement rapide dans l’eau et un bon nettoyage, nous voyons enfin la surprise du résultat!

Le Raku-nu est une variante du Raku. Il s’agit ici de tirer les avantages d’un défaut : le décollement de l’émail.
La pièce réalisées est patiemment polie, par exemple à l’aide d’une agate, et éventuellement engobée avant la cuisson du biscuit. On pose ensuite un engobe fait de silice et de kaolin et enfin un émail. Cette couche intermédiaire favorise le décollement de l’émail après la cuisson. Cette dernière est conduite de la même façon qu’une cuisson Raku “traditionnelle”. Après l’enfumage et le refroidissement, l’émail se décolle et révèle le tesson poli coloré d’un réseau de lignes noires, enfumées. Il s’agit du “souvenir des craquelures de l’émail”.